Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog des privés d'emploi  cgt ales

Communiqué de presse

11 Juillet 2008 , Rédigé par Privés d'emploi Alès Publié dans #Manifestations

                                            

Le gouvernement a pour objectif d’arriver au plein emploi d’ici 2012 et pour ce faire il a déjà mis en place une série de mesure anti-sociale et destructrice mais ne compte pas s’arrêter en si bon chemin :

Apres un grenelle sur l’insertion, le Président (+130% d’augmentation de salaire) nous explique ce qu’est une offre valable  d’emploi ou OVE  :

 

  • Suspension de l’indemnisation suite à deux refus d’emploi après 3 mois de chômage, pour une offre d’emploi avec un salaire inférieur de 5% au salaire antérieur ; de 15% après 6 mois et de refus de tout emploi rémunéré au montant de l’allocation chômage ou de solidarité au bout d’un an.

 

Ce gouvernement «  à la botte du patronat » est bien dans une stratégie d’élimination du monde salarial où des chômeurs seront contraints d’accepter l’inacceptable afin de produire des travailleurs sans droits.

 

Que ce soit les intermittents du spectacle, les privés d’emploi, ou bien les saisonniers qui en cette période d’été œuvrent dans les hôtels, bars , restaurants  ou dans les champs agricoles, tous ont vu leurs droits amputés :           

 

  • La CFDT, la CFTC et la CGC ont signé avec le MEDEF, la CGPME et l'UPA, en 2006 la convention assurance chômage qui limite à trois le nombre de périodes successives de versement des allocations au titre du chômage saisonnier.

 

Bilan : Des salariés qui cotisent pour un régime d'assurance qui les exclu.

 

Une pétition largement popularisée a déjà été signée par plus de 25 000 saisonniers !

 

La Cgt réaffirme l’exigence du droit au travail et le respect des travailleurs en revendiquant le droit à un travail choisi, qualifié, en CDI et correctement rémunéré !

Rassemblement le 17 juillet 14H00

        devant les ASSEDIC

  Mas Verdier 1626 Boulevard Allende à Nîmes

 

Une délégation de privés d’emploi,intermittents du spectacle et une représentante des saisonniers CGT seront reçus.

Lire la suite

COMMUNIQUE DE PRESSE

9 Juillet 2008 , Rédigé par Privés d'emploi Alès Publié dans #Réactions du CN CGT des Privés d'emploi

La prime de noël supprimée.

 

Depuis quelques années nous savions que sa remise en cause était à l’ordre du jour, le simple fait que des personnes pauvres puissent obtenir une prime pour noël heurtait la sensibilité des gouvernements de droite et du patronat.

 

Cette prime est issue d’une lutte et d’un combat syndical menée par la Cgt chômeurs et obtenue en 1999, depuis nous avions toujours maintenue la pression pour que d’une part cette prime soit reconduite année après année, d’autre part que son montant soit à minima de cinq cent Euros pour tous les salariés privés d’emploi quelque soit leurs indemnisations.

 

Sa remise en cause au travers du RSA de Martin Hirsch, démontre une fois de plus qu’entre les grands discours concernant le RSA, ses soit disant bénéficiaires et la réalité, la question idéologique et financière prime sur toute autre considération.

 

Nous ne pouvons accepter que cette victoire des chômeurs contre les conditions qui leurs sont faites devienne un outil financier dans un plan de charité d’un retour à l’emploi bradé, conditionné, plaçant une partie de la population dans un dispositif face à l’emploi de sous salariat.

 

Le Revenu de Solidarité Active, n’active apparemment pas la solidarité avec ceux qui en ont le plus besoin, il s’agit de financer les plus pauvres par les pauvres en déshabillant les uns pour habiller les autres.

 

La Cgt chômeurs s’oppose fermement à la remise en cause de la prime de noël, Cet acquis issu d’une lutte syndicale ne saurait être balayé par quelques mesures d’opportunités gouvernementales.

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------D’ores et déjà La Cgt chômeurs appelle l’ensemble des comités locaux, ses adhérents à se mobiliser pour empêcher la suppression de la prime de noël et mener le combat avec toutes les personnes et les familles concernées.

Jean François KIEFER

Secrétaire Général CGT Chômeur

 

Lire la suite

Article du Figaro Economie

9 Juillet 2008 , Rédigé par Privés d'emploi Alès Publié dans #Grenelle de l'insertion

 

 

Mardi  8 Juillet 2008

 

Economie

 

Hirsch cherche à articuler RSA et prime pour l'emploi

 

SOCIAL Sans être supprimée, la PPE serait réduite d'un montant compris entre 400 millions et 1 milliard, pour lancer le revenu de solidarité active.

 


METTRE sur la table toutes les idées, les doutes, les objections, avant de prendre les décisions finales sur le revenu de solidarité active (RSA). C'est l'objet de la « conférence de concertation » que mènera demain le haut-commissaire Martin Hirsch. Elle réunira État, parlementaires, conseils généraux (en charge d'une bonne partie de la politique sociale), associations et représentants des bénéficiaires. François Fillon rendra ensuite ses arbitrages dans le courant du mois, avant de soumettre le RSA au Parlement à l'automne, pour une mise en oeuvre mi-2009.

Avec le RSA, qui ne supprime que progressivement l'allocation d'un RMiste ou d'un parent isolé qui reprend un travail, Martin Hirsch veut inciter à retrouver un emploi, réduire le nombre de  travailleurs pauvres et simplifier les minima sociaux. Dans sa « Note de cadrage » aux participants de la conférence, il table sur 1 à 1,5 milliard d'euros, en plus des sommes déjà consacrées aux dispositifs que le RSA remplacera. Il compte aussi « recentrer » la prime pour l'emploi, afin d'économiser entre 400 millions et 1 milliard (la PPE, jugée peu efficace par la Cour des comptes, coûte 4 milliards). Enfin, il suggère de déconnecter certains droits (CMU-complémentaire, exonération de redevance TV et de taxe d'habitation) du statut des bénéficiaires, pour les lier au niveau de revenu. Voire de supprimer la « prime de Noël » des RMistes et des chômeurs en fin de droits.

La « générosité » du RSA dépendra des choix précédents : pour 1 euro gagné par le travail, l'allocation diminuerait de 35 à 40 centimes (Martin Hirsch avait espéré 30 centimes mais a abandonné cette piste).

 

 Question « philosophique »

 

Matignon espère que la conférence de demain permettra d'esquisser une solution sur le point le plus sensible pour une partie de la majorité : le RSA doit-il se substituer à la PPE pour les travailleurs gagnant entre 1,2 et 1,4 smic environ ? La question est « philosophique »  : certains, comme le président de la commission des affaires sociales de l'Assemblée, Pierre Méhaignerie, craignent « un  sentiment de déclassement et un risque de stigmatisation » de ceux qui recevraient une aide sociale au lieu d'une aide fiscale. Dit autrement, ces élus UMP font valoir que les smicards qui travaillent à temps plein ne demandent pas d'assistanat. Ce à quoi le haut-commissaire rétorque que les bénéficiaires d'allocations familiales, même aisés, n'ont jamais exprimé de telles réticences...

Martin Hirsch a fait un geste : il ne parle plus de supprimer complètement la PPE mais de l'enlever à ceux pour qui elle ne représente que quelques dizaines d'euros. Pour ceux qui, tel Pierre Méhaignerie, souhaitent une prestation « pour aider à franchir un cap difficile et non pour constituer un moyen de subsistance à vie sans autre perspective » , il propose une « option »  : une aide temporaire au retour à l'emploi, par exemple pour couvrir les frais de déplacement ou de garde d'enfants. Sachant que, dans son esprit, le RSA proprement dit doit être versé « sans limitation de durée, en fonction des autres sources de revenus » .

 

 

OLIVIER AUGUSTE


 

 

Tous droits réservés : Le Figaro Economie (matin)

Diff. 342 445 ex. (source OJD 2005)

4E9C33B988D0CB07F5751380F204B18F04D58552629C0DF80E2F679

 

 

Lire la suite